Palabre au CSC Etouvie

Art - social - culture - société

07 février 2008

La gravitation du légume… Des nouvelles de l’atelier danse.

    « Tout le monde marche, mais personne ne marche de façon semblable » dit Merce Cunningham.
Cette semaine, travail sur le poids.
La danse nous confronte souvent à nos singularités. Combien de fois entend-on murmurer « j’y arriverais jamais ». Et Julia de répéter : « il n’y a pas de « j’y arrive pas » qui tienne ici ! ». Inutile de nier, elle a toujours raison, même si ça nous énerve beaucoup.

    Travail sur le poids donc. Il paraît que la danse est une discipline de faignant. Le but est donc de réussir à se déplacer en utilisant le moins d’énergie possible. Petite astuce pour y parvenir : commencez par vous alléger. Oui, oui, dehors tensions et crispations, petits soucis et gros tracas. Déposez les soigneusement à côté de vos chaussures, vous les retrouverez à la sortie. Une fois débarrassé, il n’y a pas de doute, vous êtes moins lourd, le sol est moins dur, l’air est plus moelleux, bref tout va mieux et surtout vous bougez mieux.
Et il n’y a pas que vous pour le constater, le partenaire chargé de vous traîner par terre pourra vous le confirmer, vous n’êtes plus ce poids que vous étiez en arrivant. Il parvient maintenant à vous déplacer avec beaucoup plus de facilité et bientôt il pourra vous tirer et vous faire virevolter comme si vous ne pesiez pas plus qu’une plume…
Vous pensez que je plaisante, moi, oui, peut être, mais Julia nous a très sérieusement confié que son but ultime était de parvenir à la lévitation. Elle a d’ailleurs à ce sujet une « théorie » fort intéressante : si Newton avait pris son bain sous un arbre peut être aurait-il pu constater que la pomme tombe dans l’air mais qu’elle flotte dans l’eau. Mais où veut-elle en venir ????? L’ambition de Julia est de parvenir à faire s’annuler la force de gravitation et la force de « flottaison » pour parvenir à… léviter. C’est logique, c’est formidable !
blogdanse

     L’atelier danse de cette semaine s’est terminé comme de bien entendu par une discussion très animée. Nous avons abordé des sujets bien plus terre-à-terre que la lévitation, mais je ne voudrais pas casser l’ambiance, les problèmes du quotidien nous rattrapent trop vite…

Posté par zephirette à 11:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    divagation N°1: La lévitation et pourquoi pas?

    Et oui, la lévitation!
    Qui n'a jamais rêvé de s'envoler tel un oiseau et de se sentir aussi léger qu'une plume pour voir les choses d'un peu plus haut et parcourir le monde.

    C'est mécanique!
    Newton(1643 1727 développe une théorie qui comprend trois lois:

    1ère: Principe d'inertie
    2ème: Principe de la dynamique
    3ème: Principe des actions réciproques

    le centre d'inertie d'un corps (ou « objet ») persiste dans son état de repos ou de mouvement rectiligne uniforme tant que la somme des forces extérieures qui s'appliquent sur lui est nulle.

    L'application d'une force sur un objet, modifie la vitesse de ce dernier. L'accélération a la même direction et le même sens que la force appliquée, Elle est proportionnelle à celle-ci et inversement proportionnelle à la masse m de l'objet.

    Si un corps A applique une force sur le corps B, alors, le corps B applique sur le corps A une force de même direction (celle de la droite (AB) ) de même intensité et de sens contraire.

    Qu'est ce que cela signifie pour nos corps?
    S'ils sont soumis aux mêmes lois, ils sont aussi très différents d'une pomme. Une pomme n'a pas de muscles nos corps oui. Nous pouvons donc grâce à eux déjouer les lois de la pesanteur.

    La 3ème loi de Newton nous rapproche un peu plus de la lévitation au sens propre. Si grâce à nos muscles nous appliquons une force égale au poids que nous pesons les deux forces seront de même intensité, de même direction mais de sens contraire. A cet instant précis où les forces s'annulent n'est-ce pas là, La Lévitation? Ne plus rien peser?

    Malheureusement le réel nous rattrapent bien vite. Isoler chaque partie de notre corps pour sentir combien elle pèse et utiliser juste les muscles qu'il faut pour la suspendre est un des casses têtes du danseur. La suspension en même temps que la chute, sans doute le travail et la concentration de toute une vie.

    Pourquoi faire me direz-vous?
    Je vous répondrai ceci:"Pourquoi danser? Mais, au fait, pourquoi vivre?" dans une danse à l’œuvre, texte de Françoise Dupuy p 67-68 pour le texte complet.

    Fin de la divagation n°1

    Julia

    Posté par Julia.B, 14 février 2008 à 15:58

Poster un commentaire